Mauvaise santé chez Areva: et si au lieu de l'EPR...

par Lapineige

publié dans Coups de gueule...de lapin !

Je ne vous refait pas l'actualité, vous savez tous qu'Areva, notre champion national du nucléaire, annonce des pertes considérables (le mot est faible, presque 5 milliards).

Bon au final dans l'histoire, c'est des emplois qui vont disparaitre, et Areva se fera renflouer par l'État, si ce n'est directement, au moins grâce à EDF (l'état est actionnaire à 87 et 84% des deux groupes). Bref c'est de l'argent du contribuable qui va se transformer en joli petit EPR - évidement sûr et sans le moindre risque. L'avenir.

Juste comme ça, le fameux EPR de Flamanville, c'est (pour l'instant) 8,5 milliards de sous sous.

8,5 milliards, ça fait grossièrement 650 000 panneaux photovoltaïques...

A choisir de dépenser de l'argent publique, vous ne préférez pas équiper 650 000 foyer de panneaux pour qu'ils payent moins cher leur électricité ? (et la ce n'est pas une aide partielle mais totale).

Et pis bon les emplois dans le nucléaire, ce n'est pas vraiment un avenir sur le long terme (ok ça reste discutable). La filière est déjà bien développée, elle manque même de clients (Areva exportait au Japon avant un certain 11 mars 2011...). Seul d'énormes chantiers comme l'EPR arrivent encore à la stimuler (à quel coût).

Dans le renouvelable, tout reste à faire ou presque: de la conception à la production, en passant par la formation ou la gestion des réseaux (qui muterons forcément, les unités de production étant plus nombreuses et de petites tailles).

Et la marge de manœuvre est encore importante: au niveau de la recherche (tiens encore des emplois), alors que les panneaux photovoltaïques actuels ont un rendement de l'ordre de 15~20%, des panneaux à 40 voir 60% arrivent...

Et avec l'arrivée des piles à hydrogène (qu'il faut développer/déployer ==> emplois), le problème du stockage et de l'irrégularité des productions a une solution.

Ils sont faciles à trouver les relais de croissance tant attendus... Et ça pourrait même s’avérer rentable sur le long terme...

Je dis ça, je dis rien... :D

Revenons à notre Blender ;)

Commenter cet article

TazTako 10/03/2015 17:09

Sans compter le démantèlement des centrales qui arrivent en fin de vie... Quel en sera le coût ? Exorbitant à n'en pas douter. Et après, on vient nous dire que le nucléaire nous assure un tarif au plus bas (à court terme peut-être) et bien sûr l'indépendance énergétique (on a de l'uranium chez nous ?)

Lapineige 10/03/2015 17:18

Niveau dépendance, il nous assure surtout une dépendance envers les allemands et les pays nordiques: ils sont bien en avance sur le renouvelable, et on finira forcément par y passer. Et a ce moment, les technos viendrons d’Allemagne et du Danemark, et l'électricité qui viendra combler les périodes de vide, allemande... (ils nous fournissent déjà avec du renouvelable...)